Une place stagnante pour la fenêtre bois sur le marché de la menuiserie

Même si la fenêtre bois ne manque pas d’arguments, esthétiques et thermiques, ses parts de marché peinent à progresser face au mastodonte que représente la fenêtre en PVC.

En 2012, la fenêtre bois représentait 13 % du marché global. Une part de marché qui parvient à se maintenir grâce à des efforts des fabricants en termes de design et de confort d’utilisation.
Les évolutions se font notamment en faveur des essences de bois résineux au détriment des bois exotiques. Ces derniers plus denses ont des performances thermiques moins bonnes que les résineux. Ainsi, alors qu’il était quasi inexistant il y a quelques années, le bois résineux représente aujourd’hui 15 % des fenêtres bois. Les bois exotiques, pourtant réputés plus durables, sont passés de 78 % à 56 % en moins de 4 ans.
On remarque que l’entretien du bois reste un des freins à son acquisition. Cependant, une fenêtre en bois, contrairement aux autres matériaux, peut être restaurée. Donc, bien entretenue, elle sera plus durable que les autres solutions.

Le marché global représente plus de 11 millions de fenêtres vendues. Entre 2010 et 2012, il est en baisse de – 4,8 %. Ce sont surtout les fenêtres en PVC qui accompagnent cette tendance. Elles ont perdu plus de 3 % de parts de marché en 6 ans, mais elles continuent à dominer largement leur sujet avec 62 % de parts de marché, contre 23 % pour l’aluminium, + de 2 % pour les solutions mixtes alu-bois. Ces dernières devraient continuer à progresser au détriment du PVC. Hors de nos frontières, les menuiseries mixtes alu-bois représentent 10 % des parts de marché en Allemagne et 40 % en Suisse.

Vous êtes intéressés par des informations sur la fenêtre bois : www.les-fenetres-bois.fr

[1] Source : Etude du syndicat professionnel des portes et fenêtres multimatériaux (UFME), réalisée en 2012.

404