Peintures sur bois

Les peintures pour le bois forment un film épais et davantage pigmenté que les lasures ; elles masquent les veinures et les nœuds du bois et résistent mieux aux rayonnements solaires que les lasures.
La teinte obtenue est de ce fait peu impactée par l’essence de bois recouverte et la palette de nuances disponibles peut satisfaire les attentes de chacun.
Dans les magasins et négoces spécialisés, on peut faire contretyper la teinte désirée à partir d’un échantillon de teinte référent. Cela laisse toute latitude aux architectes et esthètes pour leurs créations.
L’épaisseur de la couche a une incidence directe sur la résistance à l’eau des bois.
En extérieur, le but est de créer une barrière à la pénétration des eaux pluviales sans empêcher le bois de respirer. La peinture est alors dite microporeuse : elle laisse passer l’air et les vapeurs d’eau mais pas l’eau liquide.
La combinaison de résines et liants utilisée vise à conserver au fil du temps la souplesse nécessaire pour accompagner les légères mais régulières variations dimensionnelles des bois qui se produisent lors des cycles incessants d’humidité (jour/nuit, pluie/soleil, chaleur/froid).
Ceci afin de retarder au maximum le dessèchement et craquellement qui déclenchent la nécessité d’une rénovation.
Dans les magasins de bricolage, les arguments marketing sont essentiels : des garanties de tenue de 6 à 12 ans sont annoncées.
Le choix d’une peinture de qualité est bien sûr important pour bénéficier d’une bonne longévité.
Mais dans les négoces spécialisés qui s’adressent avant tout aux professionnels, il est plus rare que cette hiérarchie soit mise en avant sous cette forme.
L’homme du métier connait les produits efficaces et sait que la durabilité réelle est aussi fonction d’autres facteurs (support et préparation, environnement, exposition, mode d’application, adaptation du produit au support).

Comme pour les autres finitions, il faut bien préparer le support bois qui doit être le plus sec possible, dépoussiéré, dégraissé, au moment de l’application.
Pour certains bois tanniques ou huileux, il existe des sous-couches ou peintures spécifiques.
L’inclusion d’insecticides ou de fongicides chimiques dans la formulation est aujourd’hui plus rare en raison de l’application de la réglementation biocide.
Ce traitement préventif pour les essences de bois sensibles, doit donc se faire avant d’appliquer la peinture.
Si on souhaite peindre au pistolet, il faut vérifier que la peinture accepte ce mode d’application et recourir à la buse de pulvérisation appropriée, conseillée par le fabricant.
Et même pour les brosses (pinceaux) et rouleaux, le choix d’outils adaptés au produit s’impose.
Car comme pour les lasures, les peintures à l’eau se substituent progressivement aux peintures dites à l’huile (c’est-à-dire avec solvant).

404