Coniophore des caves : luttons contre ce champignon !

Outre les insectes dévoreurs de bois, il faut aussi protéger ce dernier de la prolifération et des attaques des champignons lignivores. Consacrons-nous aujourd’hui à l’un d’eux : le coniophore des caves.

Coniophore des caves sur du bois

Coniophore des caves : histoire et forme

Avant de présenter plus en détail ce champignon lignivore, nous vous invitons à (re)découvrir notre article sur les modes de développement des champignons, c’est une lecture hautement conseillée avant d’aborder cet article.
Maintenant, le coniophore des caves… Que l’on nomme ainsi le plus souvent, même si celui-ci dispose d’autres noms (coniophora puteana ou encore coniophore bosselé).

Ce champignon amateur de bois intègre nos colonnes dans la thématique “responsable de la pourriture cubique”, comme sa voisine bien connue : la mérule.
Pour rappel, la pourriture cubique (ou pourriture brune) se manifeste par d’étranges formes cubiques sur des éléments en bois (charpentes, planchers, etc.). Celles-ci se développent par l’extraction de l’eau présente dans le bois. La pourriture cubique s’attaquant à la cellulose présente dans le bois, elle défibre le bois et le rend cassant, diminuant ainsi sa résistance mécanique. D’où le danger de ce champignon, notamment pour les éléments structurels, et la nécessité de son traitement.

Coniophore des caves : les hyphes apparaissent et se mélangent !

Le coniophore des caves est un amateur d’humidité, de coins obscurs et confinés. Son nom ne laisse en réalité rien au hasard, l’aviez-vous remarqué ?

Autre point important à savoir, ce champignon s’attaque aussi bien aux résineux qu’aux feuillus ! Il se développe parfaitement bien quand :
• Les températures sont entre 5°C et 35°C (plus particulièrement entre 22°C et 26°C),
• Le bois est bien humide avec un taux de 50% à 60%.

Dans sa manière de se développer, le coniophore lignivore s’infiltre dans le bois par un réseau de filaments mycéliens (lui-même composé d’hyphes), caractéristique commune aux champignons de ce genre. À l’extérieur du bois, les hyphes apparaissent et se mélangent. En résulte une étrange boule/agglomération de filaments cotonneux jaunâtres, un spectacle bien curieux mais qui ne trompe cependant pas.

Comment lutter contre le coniophore des caves

Certes le coniophore des caves a besoin de bien plus d’humidité que la mérule pour se développer. Mais son impact sur le bois n’en est pas moindre, l’issue est en effet la même : la pourriture cubique.
La méthode de traitement contre les champignons lignivores consiste à :
• réaliser une étude préalable afin d’identifier la nature du champignon (pour identifier s’il s’agit de mérule ou de coniophore),
• supprimer la source d’humidité, à l’origine du développement du champignon coniophore. Cette étape est essentielle pour assurer la réalisation d’un traitement efficace et durable,
• déposer et éliminer les bois dégradés, dont la résistance mécanique a été détériorée,
• traiter les bois avec un produit fongicide afin d’empêcher tout développement du champignon.

Ainsi donc, un traitement des problématiques d’humidité et de ventilation, puis la mise en place d’actions curatives des matériaux et d’un traitement fongique permettent d’éradiquer le coniophore des caves.

Nos sources :
Nos articles sur les modes de développement des champignons et sur les différents traitements fongicides.

404