Champignons de bleuissement
 
 
 
Champignons de bleuissement

Le bleuissement du bois – Conditions de développement et alternatives

On parle de « bleuissement »  du bois quand celui-ci est attaqué par des champignons de couleur bleu à noire.
Les champignons de bleuissement des bois ne dégradent ainsi pas les matériaux en bois mais altèrent leur couleur et peuvent pénétrer le bois de plusieurs centimètres.

Le champignon de bleuissement ne peut se développer que s’il rencontre des conditions qui lui conviennent. Parmi ces conditions pouvant entrainer un bleuissement du bois :

  • l’humidité est le facteur primordial. En règle générale, l’humidité optimale pour un bon développement  des champignons est comprise entre 30 et 50%, juste au-dessus du point de saturation des fibres.
  • La température est également un facteur prépondérant et, si elle est comprise entre 20 et 35°C, le champignon se développera rapidement.

Pour éviter le développement des champignons de bleuissement sur le bois :

  • un traitement chimique préventif doit être réalisé avant la mise en œuvre du bois, en général cette opération est opérée en scierie. Ce traitement de protection temporaire consiste à imprégner le bois d’un produit possédant des propriétés fongicides contenant principalement des composés de la famille des ammoniums. Il est constitué d’un couple produit/procédé, dont les deux composants sont déterminants vis-à-vis de la pénétration du produit dans le matériau et de sa rétention (ou fixation). Ces critères sont essentiels au regard de l’efficacité d’un traitement, particulièrement sur le long terme.
  • Le séchage du bois peut constituer une autre solution pour la préservation du bois.
    Le séchage naturel ne peut être envisagé car il s’agit d’un procédé nécessitant énormément de temps et d’espace (sous abris). A titre d’exemple, il faut compter entre 2 et 5 mois pour ramener un bois vert à une humidité de 20-25% (cas de planches d’épaisseur 27 mm), ce qui n’est pas acceptable en industrie.
    Un séchage artificiel peut constituer une alternative pour atteindre des humidités finales précises et réduire la durée de l’opération. Toutefois, il s’agit d’un traitement contraignant et onéreux, et qui ne peut être réalisé de façon systématique pour l’ensemble de la production d’une scierie.
404