3 STRATEGIES INDUSTRIELLES DE PROTECTION DES PANNEAUX A BASE DE BOIS

Afin de les protéger contre les risques d’attaque de champignons lignivores et/ou d’insectes xylophages, les panneaux dérivés à base de bois peuvent bénéficier d’un apport de durabilité conférée.

Trois stratégies distinctes de traitement peuvent être suivies :

  • les éléments en bois constitutifs du panneau peuvent être traités avant ou pendant la fabrication du panneau,
  • la colle peut être additionnée de produits de préservation,
  • ou encore la protection peut être apportée sur le panneau fini après sa fabrication.

Dans le premier cas, les placages en bois pour contre-plaqués peuvent être trempés dans une solution insecticide et/ou fongicide. Les placages étant fins, la pénétration par trempage ou aspersion est suffisante. Cependant, cette solution a pour principal inconvénient d’induire des variations dimensionnelles importantes et donc des pertes significatives lors de la fabrication du panneau contre-plaqué.  Pour ce qui est des plaquettes OSB ou des particules, ce phénomène est moins pénalisant.

Certains fabricants de panneaux préfèrent quant à eux l’ajout d’additifs dans la colle. Dans ce cas, la quantité de produits insecticides (perméthrine) et/ou fongicides (azoles) demeure faible et n’affecte pas les propriétés mécaniques des panneaux. Ce dispositif est le seul à pouvoir être utilisé dans le cadre des panneaux MDF (Medium Density Fiberboard) du fait de sa grande vulnérabilité à l’humidité et s’adapte en fait à tous les types de panneaux.

Enfin, les panneaux peuvent aussi être traités une fois fabriqués par aspersion, trempage court ou en autoclave vide-pression dans le cas exclusif des contre-plaqués. Dans ce cas particulier les produits utilisés varient grandement des CCA (cuivre chrome arsenic, encore toléré aux Etats-Unis et en Australie mais interdit en Europe*) aux produits organiques solvantés ou en phase aqueuse (Europe).  L’inconvénient principal de cette troisième méthode étant de résulter en une protection sous forme d’enveloppe de surface (même avec un traitement sous pression qui ne traversera pas les joints de colle) exposant ainsi les panneaux dès que ceux-ci sont coupés ou percés (c’est-à-dire pratiquement dans toutes les utilisations).

Il est à noter que ces stratégies sont aussi utilisées pour apporter une protection contre le feu.

 * : Directive 2006/139/CE de la Commission du 20 décembre 2006 modifiant la directive 76/769/CEE du Conseil en ce qui concerne la limitation de la mise sur le marché et de l’emploi des composés de l’arsenic. 

404